PAGE 5

Pages:

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

 

 Lancaster en vol sur deux moteurs.

L'équipage à baptisé son Lancaster quadrimoteur : "Eyes in the Night". ( Yeux dans la Nuit). Il a effectué 18 raids de nuit au dessus de l'Allemagne et huit de jours au dessus de la France avec ce même appareil.

Le dix-huit août 1944, Ils partent à 15 h 55 (heure anglaise) de ce terrain, pour bombarder un dépôt de fuel et le bassin d'accès de la base sous-marine de BACALAN au nord de Bordeaux . Le vol en escadrille comprend vingt-quatre Lancaster. Il s'est déroulé normalement. A l' approche de Bordeaux, le tir de défense antiaérienne est intense. Il atteint "Eyes in the Night". Le train d'atterrissage est définitivement endommagé. Trois moteurs sur quatre sont hors d'usageLa trappe de largage des bombes est bloquée. Un début d'incendie est rapidement maîtrisé. Les systèmes de communication entre les membres d'équipage et l'extérieur sont détruits.

Ronald Bischop, atteint par un éclat d'obus dans le dos est mortellement atteint. Il décède au dessus de Bordeaux. L'avion désemparé ne peut plus accomplir sa mission. Il fait demi-tour en direction de Nantes vers un terrain qu'il espère libéré. Volant à 4350 mètres d'altitude lors du tir de barrage antiaérien, il n'est déjà plus qu'à 1800 mètres environ lorsqu'il survole Saintes. Il essuie de nouveaux tirs sur cette ville ainsi qu'à Saint Savinien. Son dernier moteur fait un bruit effroyable. Il laisse sur son passage une longue traînée de fumée noire.
La décision d'abandonner l'avion en perdition par l'équipage est prise.

Hunt et Durber sautent à Archingeay. Ronald Bischop déjà mort est sanglé a un parachute. Il est lâché au dessus de St Crépin. Laissé toute la nuit sur son point d'atterrissage il sera retrouvé sans chaussures le lendemain matin.

Sortant à son tour de la machine blessée, Bullock saute dans le vide, son parachute se déploie en une secousse brutale. Mais malheureusement pour lui, les sangles qui le relient à sa voilure sont tailladées par la mitraille qui a traversé l'avion de part en part. Elles se rompent brutalement. Et par ce chaud et lourd après midi du dix-huit août 1944 G. Allan Bullock voit en plein ciel sa vie se déchirer en même temps que son parachute. Impuissant, il descends en tournoyant sur lui même. Quelques secondes, les plus longues de sa vie, et tout est joué. Il transperce au terme de sa trajectoire le feuillage d'un chêne et percute à son pied le chemin de terre desséché. Le corps du jeune homme se brise en lui-même sur un sol qui loin d'amortir l'impact le fait rebondir quelques mètres plus loin sur le bas côté . Son drame est fini. L'effroyable claquement émis par l'accident pareil à un coup de fusil se répercute dans la campagne avoisinante.

Charles Goodman mécanicien et copilote saute à son tour au dessus de Surgères. Johnie Bolton suit quelques secondes plus tard, après avoir enclenché les vidanges des réservoirs et dirigé l'avion vers son point de chute, aux Petites Chaumes, Commune de Surgères.

Aucun membre vivant de l'équipage ne sera arrêté par les Occupants. Ils seront pris en charge par des réseaux de résistance à l'ennemi, et ils rejoindront l'Angleterre sains et saufs par des voies complexes.

Le corps de G.A. Bullock fera le voyage de Genouillé à Muron tard dans la nuit, posé sur de la paille dans une charrette tiré par un cheval, suivi et escorté par deux soldats Allemands à vélo. Ces derniers pressés d'en finir demanderont au conducteur Monsieur Albert Goy de Genouillé de presser l'allure de l'animal dans la descente qui mène à Muron. Le conducteur leur répondra: "Il y a un mort dans la charrette, et on respecte les morts".

Tout le voyage s'est donc fait au pas.

Arrivé à Muron, le corps de Bullock fut déposé dans la salle de réunion de la Mairie. Le lendemain matin, les habitants de Muron vinrent déposer des pétales de fleurs sur la dépouille. Seul le corps était broyé, le visage était intact. Et cette pluie de fleurs, fraîche et légère, lui servit de linceul.

G.Allan Bullock fut enterré le dimanche 20 août 1944 à 14 heures au cimetière de Muron. Les photos prises lors de de la dernière bénédiction montrent une foule nombreuse. La tombe fut noyée sous les bouquets de fleurs.

Caché dans l'assistance, et grâce à l'aide de la Résistance, Charles Goodman assistait à la cérémonie, il portait des bleus trop petits pour lui.

Mise à jour le 15 Décembre 2011.